Droite sociale

Les classes moyennes


Depuis vingt ans, la France se caractérise par le fait que les politiques ne parlent plus des classes moyennes.

Très peu de responsables politiques assument un discours parlant spécifiquement des classes moyennes avec une action qui soit précisément orientée vers elles.

Les classes moyennes, à qui plus de deux Français sur trois s’identifient, souffrent aujourd’hui d’un profond sentiment de déclassement qui a été renforcé par une crise anxiogène : elles ont l’impression que leur pouvoir d’achat s’est réduit, qu’elles sont sur un siège éjectable et que leurs enfants auront une situation sociale inférieure à la leur.

En somme, elles ont le sentiment de faire du surplace et de vivre dans une société à deux vitesses.

Or les classes moyennes ne sont pas "moyennes" par l’attention qu’on doit leur porter.

Et elles sont loin de l’être par le rôle qu’elles jouent dans notre nation.

Elles sont le cœur battant de la société française. Il n’y aura pas de sortie de crise sans sortie de crise pour les classes moyennes.

 

 

 

 

Lien vers l’intervention de Caroline Cayeux, maire de Beauvais et membre de la Droite Sociale, lors du colloque de la Fondapol intitulé "A quoi rêvent les classes moyennes", le 18 novembre 2010 :  cliquez ici

Lien vers l’intervention de Laurent Wauquiez, Ministre des affaires européennes, lors du colloque de la Fondapol intitulé "A quoi rêvent les classes moyennes", le 18 novembre 2010 : cliquez ici

Lien vers l’étude de la Fondapol, "la France des classes moyennes", octobre 2010 : cliquez ici



www.droitesociale.fr